Typogramme Consis

Union des Consistoires et des Communautés juives du Grand Lyon et de la région Rhône-Alpes et Centre

Bandeau 4- Consistoire Régional

ACI Tilsitt

ACI Tilsitt

Rencontre avec le nouveau Rabbin de l’ACI Tilsitt, Nissim Malka.
Monsieur le Rabbin, vous êtes en poste à Tilsitt depuis le début de l'année.

- Quel a été votre parcours avant votre arrivée dans la communauté lyonnaise ?

Je suis né à Caen (1987) lorsque mon père était le rabbin de cette ville, puis, trois ans plus tard, il a commencé à diriger la communauté juive de Clichy-la-Garenne (1991), et nous nous sommes donc installés en région parisienne. J’ai grandi à Paris, suivi ma scolarité dans des écoles juives. Principalement les institutions Sinaï et Ozar Hatorah pour le primaire et Chaaré Torah (Yechiva/collège-lycée aujourd’hui Ner Hatorah). Ensuite, je suis entré à l’école rabbinique (2007), en troisième année, j’ai effectué un remplacement de trois mois dans la communauté de Tours (2009).

Un an plus tard, lorsque le rabbin est parti, on m’a demandé de venir le remplacer ; J’ai naturellement accepté, puisque j’avais beaucoup apprécié la qualité de cette communauté (2010).

Quelques années plus tard, le mariage et un bébé aidant, j’ai envisagé la possibilité de me rapprocher d’une grande ville, la première annonce que j’ai eue entre les mains, signe providentiel, était celle de la communauté de Tilsitt.

 

- Que connaissiez-vous de cette communauté avant de la diriger sur le plan religieux ?

J’ai grandi dans un milieu rabbinique, et c’est un monde très perméable, on entend parler des communautés ici et là, je ne connaissais cette synagogue que de réputation.

Il y a, bien sûr, le coté historique et majestueux, le rôle primordial de cet édifice et son symbole, depuis la seconde guerre mondiale, cela n’est méconnu de personne.

J’ai aussi eu la chance de rencontrer, lors de mes études à l’école rabbinique, deux lyonnais, qui, tous deux, fréquentaient Tilsitt ! Il y a d’abord eu l’actuel rabbin de Bordeaux, Emmanuel Valency, qui m’en a toujours parlé avec nostalgie et admiration, et Eyman Hagège, actuellement rabbin à Clermont-Ferrand qui, lui aussi, m’a dépeint certains traits de caractère de la communauté.

En somme, je ne la connaissais pas entièrement, mais j’en avais eu un réel aperçu à travers leurs témoignages.

 

- Vous succédez à Monsieur El Haddad dont l'engagement et la personnalité ont marqué indéniablement la communauté. Vous situez-vous dans la continuité ?

J’ai eu l’occasion de rencontrer à plusieurs reprises le rabbin Elhaddad, et je dois dire qu’il m’a accueilli chaleureusement dès notre première rencontre, il m’a ouvert sa porte, et m’a proposé son aide, et pour cela, il confirme les éloges dont le rabbin Emmanuel Valency ne tarissait pas.

J’ai souvent des témoignages de personnes qui, plongées dans la nostalgie, souhaitent revenir « à un temps où… » Mais je suis convaincu que chaque rabbin affirme sa présence par une vision originale qu’il propose à la communauté. C’est une véritable alchimie que d’arriver à faire fusionner toutes les volontés, et que le rabbin s’inspire de la communauté, afin que la communauté s’inspire de lui.

Il est évident que l’impulsion que le rabbin Elhaddad a donnée à la communauté semble avoir largement porté ses fruits. Cependant, je ne compte pas mimer les actions de qui que ce soit et espère pouvoir, avec l’aide de D. trouver l’originalité qui touchera les juifs lyonnais, et leur donnera le goût de la fréquentation de nos synagogues et de l’étude.

 

- Quelles ont été vos premières décisions ?

Il me semble important de reprendre le Talmud Torah de Tilsitt, de proposer de nouvelles activités à nos jeunes, de mettre en place des cours pour tous les âges, ciblés sur les besoins réels.

Il est primordial d’encourager la cohésion et l’union au sein de nos communautés, de proposer des cours et des activités conviviales, participatives et ludiques.

Enfin, il me semble fondamental d’arriver à adapter notre discours à notre génération en analysant leurs aspirations, leurs craintes et leurs passions. Travailler sur leur terrain, utiliser les moyens de communication adéquats et produire un discours respectueux de nos lois, mais adapté aux problématiques modernes.

- Qu'avez-vous déjà mis en place pour vos fidèles ?

- Un cours, tous les matins après la téphila, autour d’un café et de viennoiseries, pour encourager le débat et l’échange.

- Des sorties pour les enfants du Talmud Torah, de même que des activités. Nous avons organisé une fête de Pourim ouverte à tous les enfants de Lyon afin de bien faire comprendre notre désir de nous développer et d’échanger. Nous avons accompagné les enfants du Talmud Torah afin qu’ils rencontrent ceux du Talmud Torah de la rue Crillon et qu’ils participent à la fabrication de Matsot.

- Un cours, tous les chabbat après-midi, après l’office, destiné aux jeunes, mais ouvert à tous.

- Nous sommes en train d’aménager une salle de jeux (Ping-pong baby-foot…) pour organiser des après-midi chabbatiques ouvertes à tous.

- Nous avons proposé des soirées exceptionnelles avec l’aide du Conseil d’administration de Tilsitt, pour les fêtes de Pourim (mentaliste) et de Lag Baomer (péniche).

- J’ai proposé un cycle d’études aux jeunes de l’UEJF avec qui nous travaillons sur une formule originale.

De même, nous avons prévu de nous réunir tous les Roch Hodech pour un cours de pensée juive dans un restaurant cachère lyonnais. Toutes les semaines aussi, pour un cours de pensée juive et d’initiation aux commentaires (lecture, écriture, compréhension…). De nombreux projets restent encore à être développés, notamment avec les associations de la jeunesse lyonnaise. Nous souhaitons qu’avec l’aide de D., Tilsitt devienne un centre d’intérêt incontournable pour toute la communauté.

 

 

Ça s’est passé à Tilsitt…..

Une célébration exceptionnelle de Lag Baomer a été organisée cette année par l’ACI Tilsitt avec la complicité de plusieurs associations de jeunesse juive : une croisière nocturne entre Rhône et Saône a permis à l’ensemble des participants de tous âges, dans une ambiance conviviale et joyeuse, d’apprécier la symbolique de l’eau liée à la fête.

 

 

A noter sur vos agendas :

- Mardi 16 Juin à 19h30: apéritif dînatoire entre célibataires

- Dimanche 21, mercredi 24 & jeudi 25 Juin : Les Journées Musicales de la Grande Synagogue deLyon

- Dimanche 28 Juin de 10h à 17h : Yom Halimoud. Une journée d’étude et de réflexion pour tous avec des ateliers et des mini-conférences (science, musique, tradition, histoire, cuisine, sport, etc…)






Les 10 derniers articles :



Sur vos agendasSur vos agendas
Cérémonie d’intronisation du Grand Rabbin Régional, Daniel Dahan [...]

Serge et Beate Klarsfeld - Un combat contre l’oubli Une bande dessinée consacrée au combat de Beate et Serge KlarsfeldSerge et Beate Klarsfeld - Un combat contre l’oubli Une bande dessinée consacrée au combat de Beate et Serge Klarsfeld
Pascal Bresson et Sylvain Dorange ont consacré une bande dessinée au couple Klarsfeld. Publié par la maison d’édition La Boîte à bulles, l’album retrace le long combat de Beate et Serge Klarsfeld.

Vernissage de la 1ère exposition temporaire de l’Institut culturel du judaïsmeVernissage de la 1ère exposition temporaire de l’Institut culturel du judaïsme
Winfried Veit rêvait d’exposer ses tableaux dans un lieu juif. Alain Sebban et Henri Fitouchi l’ont exaucé.

A la découverte de l’Institut Culturel du Judaïsme : le monde juif s’ouvre !A la découverte de l’Institut Culturel du Judaïsme : le monde juif s’ouvre !
Tous les visiteurs ont salué l’initiative du Président du Consistoire régional : ce lieu, unique et novateur, présente l’histoire du peuple juif, ses traditions et sa culture. C’est par la connaissance et la pédagogie que nous ferons reculer l’antisémitisme et les préjugés.

A la découverte de l’Institut Culturel du Judaïsme A la découverte de l’Institut Culturel du Judaïsme
Le préfet de la Région Rhône-Alpes, Préfet du Rhône, Pascal Mailhos était l'invité de l'Institut Culturel du judaïsme le mardi 29 septembre dernier, accueilli par le Président Alain Sebban, le Vice-Président, Marcel Dreyfuss et le directeur, Henri Fitouchi.

Déjeuner avec le Consul des Etats-Unis le 30 septembreDéjeuner avec le Consul des Etats-Unis le 30 septembre
Mercredi 30 septembre 2020, le Président du Consistoire juif régional, Alain Sebban, était convié par Monsieur le Consul des Etats-Unis, Christopher Crawford, à un déjeuner réunissant plusieurs acteurs du dialogue interreligieux de notre région

Chana tova aux résidents de Beth SevaChana tova aux résidents de Beth Seva
En dépit des contraintes liées à la crise sanitaire que nous vivons depuis plusieurs mois, l’équipe d’animation du Consistoire a souhaité maintenir le lien avec les résidents de Beth Seva à la veille des fêtes de Tichri.

Cérémonies du souvenir le dimanche 13 septembre à La Boisse et La Mouche.Cérémonies du souvenir le dimanche 13 septembre à La Boisse et La Mouche.
Notre communauté, fidèle à l’injonction biblique “Zakhor !” (“Souviens-toi”), organise chaque année deux cérémonies en souvenir des victimes de la barbarie nazie privées de sépulture, la première au cimetière de la Boisse, dans l’Ain et la seconde au cimetière de la Mouche à Lyon.

Sur vos agendasSur vos agendas
Le Café des psaumes Lyon Métropole, Le Club des dames de Neve Shalom

“Etre juif à Lyon et ses alentours 1940-1944” : un ouvrage précieux de Sylvie Altar“Etre juif à Lyon et ses alentours 1940-1944” : un ouvrage précieux de Sylvie Altar
Dans cet ouvrage intitulé “Etre juif à Lyon et ses alentours - 1940-1944” publié par les éditions Tirésias-Michel Reynaud, Sylvie Altar nous rappelle qu’avant la Seconde guerre mondiale

    DANS LA MEME CATEGORIE :

  • Pas de page associée...
Contact
Lire les Mentions Légales - Site réalisé par AUDA-DESIGN
© Consistoire Régional - 2020