Typogramme Consis

Union des Consistoires et des Communautés juives du Grand Lyon et de la région Rhône-Alpes et Centre

Bandeau 2- Consistoire Régional

Ecole rabbinique de France

Présentation

L’école Rabbinique de France est un établissement privé d’enseignement supérieur régi par la loi du 12 juillet 1875. Son objet et sa mission consistent à former les rabbins, de manière à pourvoir en guides spirituels les communautés affiliées au Consistoire Central Israélite de France.
Elle est gérée par le Consistoire Central, avec le concours de l’Association consistoriale israélite de Paris. Le suivi de son fonctionnement est également assuré par une commission administrative, présidée par Monsieur le Grand Rabbin de France.
Le cursus dure de un à cinq ans, en fonction du niveau des élèves-rabbins. Le diplôme de rabbin est délivré après passage d’un certain nombre d’examens, dits « examens de sortie ». L’École compte
en moyenne de 15 à 20 étudiants et achève chaque année, en moyenne, la formation de trois rabbins

 

De 1830 à nos jours

À la suite de réflexions initiées depuis 1820, est créée, à la demande du Consistoire Central Israélite de France, et par arrêté ministériel daté du 21 août 1829 une école qui porte le titre : «École Centrale Rabbinique de Metz».

Il s’agit, pour l’époque, d’une initiative très originale, et d’un concept entièrement nouveau qui fait de cette École la plus ancienne institution de ce type au monde. Elle résulte de la volonté exprimée par l’ensemble des communautés juives de France de former des rabbins qui soient adaptés aux besoins spirituels et religieux des fidèles, ainsi qu’à leur mentalité. Située à son ouverture, le 1er juin 1830, au 47 rue de l’Arsenal à Metz, (dans un immeuble appartenant à la communauté messine), elle sera transférée à Paris sur décret impérial, signé le 1er juillet 1859 par l’Impératrice Eugénie, et qui lui fait prendre le nom de : SÉMINAIRE ISRAÉLITE.

Le Consistoire de Paris loue à son intention et pour trois ans une partie de l’institution Derenbourg-Springer située au 10 Rue du Parc Royal (IIIe Arrondissement), puis un immeuble situé au 57 Boulevard Richard-Lenoir (XIe).
Peu après, grâce à la donation généreuse d’un israélite parisien d’origine alsacienne, David BLOQUÉ, le Consistoire de Paris achète un terrain d’environ 1500 m2, au 9 de la rue Vauquelin (Ve), en plein quartier latin. C’est le 11 avril 1881 que les élèves-rabbins s’installent dans ce nouvel immeuble.
L’oratoire du Séminaire, qui fait office d’oratoire d’application pour les élèves, et, simultanément, de synagogue de quartier, est inauguré, quant à lui, pour Roch Hachana de l’année 1883.

Après plus d’un siècle, c’est ce même bâtiment qui continue à remplir vaillamment sa tâche, et à abriter le centre de formation des futurs rabbins de France. Il est important de noter que depuis une ordonnance royale du Roi Louis-Philipe, le 22 mars 1831, l’État participait financièrement au fonctionnement de L’École Rabbinique.
La promulgation de la loi du 9 décembre 1905 qui instaure la séparation des cultes et de l’État, a pour effet de supprimer cette subvention. Au terme d’une réorganisation des structures communautaires et consistoriales, la charge d’administration et de fonctionnement incombe désormais entièrement au consistoire Central de France, avec le concours du Consistoire de Paris.
À cette occasion, le Séminaire reprend, avec une légère modification, son ancien titre et devient :
«l’École Rabbinique de France», nom qu’elle porte encore et qu’elle partage aujourd’hui avec celui de «Séminaire Israélite de France» (S.I.F.).


Pendant la période sombre de la seconde guerre mondiale, l’École se replie, en 1940, à Vichy pour quelques mois; puis à Chamallière (près de Clermont-Ferrand) de 1941 à juillet 1942. En octobre 1942, elle est transférée à Lyon, où elle est dissoute en 1943.
Elle connaîtra une semi-clandestinité jusqu’en 1945, puis reprendra normalement ses activités, accueillant plusieurs jeunes idéalistes, désireux de participer au premier plan à l’oeuvre de reconstruction.

Depuis sa création, l’École aura accueilli plus de 400 étudiants ; plus de 300 y auront été diplômés. Nombre d’entre eux exercèrent une action décisive sur le judaïsme de leur communautés, certains acquirent même une renommée universelle soit par leur science, soit par leur engagement et leur action. Sur les treize Grands Rabbins de France qui ont présidé aux destinées de la communauté juive française, les neuf derniers ont été formés par l’École Rabbinique de France.

Aujourd’hui comme hier, l’École Rabbinique poursuit sa mission en formant des guides spirituels pour les communautés, tout en veillant à suivre l’évolution des mentalités, des besoins et de la demande des fidèles. Son souci constant est de réaliser une synthèse parfaite entre tradition et modernité, et son objectif est de faire toujours progresser le niveau de l’attachement des juifs à la Tora éternelle.

 

Lire les Mentions Légales - Site réalisé par AUDA-DESIGN
© Consistoire Régional - 2017