Typogramme Consis

Union des Consistoires et des Communautés juives du Grand Lyon et de la région Rhône-Alpes et Centre

Bandeau 0- Consistoire Régional

Mazal Tov !

Le devoir de procréer

D. les bénit (l’homme et la femme). Il leur dit : « Fructifiez vous et multipliez vous, remplissez la terre et conquérez la ... » (Béreshit I)
Les commentateurs expliquent : le devoir de procréer nous a été donné par D. dans le seul but de peupler l’univers, car D. – en créant l’univers – ne désirait pas d’un monde de chaos et de néant, mais d’un univers peuplé. Ce devoir a donc une importance capitale, puisque c’est grâce à son accomplissement que s’accomplissent
tous les autres devoirs.


 

De tous les 613 commandements que contient la Torah, D. préféra débuter la Torah uniquement par le devoir de la procréation.


 

La cérémonie du mariage

Le jour où un homme et une femme contractent l’alliance du mariage, les mariés sont saisis d’une véritable crainte imprégnée de sainteté, comparable à celle du jour de Yom Kippour. L’instant où ils se tiennent sous la ‘Houpa (le dais nuptial) leur est tout aussi décisif que le moment où l’on récite la prière de la Né’ila le jour de Yom Kippour ! Les coeurs se remplissent à la fois de peur et de joie pour l’avenir qui se profile à eux en cet instant solennel. Ce grand moment où le destin d’une vie commune va être prononcé, les portes jusqu’à présent ouvertes vont se refermer, et celles qui étaient restées fermées, vont à présent s’ouvrir !

Le Rabbin qui célèbre le mariage récite alors deux bénédictions :
– L’une sur le verre de vin, puisque c’est un moment de joie, et la joie ne s’exprime que sur le vin.
– Puis, une deuxième bénédiction sur l’alliance du mariage.

Cette dernière bénédiction est récitée pour adresser une louange ainsi que notre reconnaissance à D. pour avoir implanté en nous cette sainteté qui caractérise le peuple d’Israël dans tous les domaines, sainteté grâce à laquelle il nous a purifié et distingué de tout acte interdit, et nous a sanctifié dans tout acte permis. Ce dais nuptial sous lequel se tiennent les mariés pour contracter l’alliance du mariage selon la loi de Moïse et d’Israël, prouve la sainteté du peuple d’Israël.

 

Les 7 jours de réjouissance.

La réjouissance des jeunes mariés se poursuit durant 7 jours, pendant lesquels il leur est interdit de travailler, puisqu’ils sont considérés comme reine et roi. Les familles et les amis les réjouissent chaque jour, et leur expriment beaucoup d’honneur. Pendant ces 7 jours, chaque repas partagé en leur présence doit être un véritable festin, à la fi n duquel, on récitera 7 bénédictions en leur honneur.

 

« QUELLE EST LA MEILLEUR ATTITUDE À ADOPTER PAR L’HOMME ?
UNIQUEMENT CELLE QUI LE GLORIFIERA, AUSSI BIEN LUI QUE SES SEMBLABLES. »
(AVOT 2-1)

Lire les Mentions Légales - Site réalisé par AUDA-DESIGN
© Consistoire Régional - 2017